ACCEDER A L’INTELLIGENCE VIVANTE – Partie III – Normaliser le Multivers

La prise de conscience humaine change véritablement toute la donne. En effet, elle influe non seulement sur notre perception de soi mais également sur notre compréhension du monde. En fin de compte, être conscient de notre place dans le monde et de notre rôle à jouer au sein du grand ensemble, c’est une question d’émission-réception. Du moment où nous changeons notre façon d’émettre et de recevoir la conscience humaine, tout change. La conscience nous unit : c’est le champ d’information non local qui connecte tout. Nous pouvons également l’appréhender comme l’intelligence vivante à la base de la matrice, c’est-à-dire de la construction de notre réalité telle que nous la connaissons. L’intelligence vivante est la conscience cachée à partir de laquelle la matière jaillit.

Comme cela a été abordé dans l’article précèdent[i], une nouvelle forme d’énergie est désormais stimulée sur cette planète. Aussi, existe-t-il une interaction-immersion entre les champs énergétiques de la physiologie de l’Homme et de son environnement, menant à un état de résonance supérieur. La cohérence entre ces champs d’information biologiques, environnementaux et cosmiques augmente ; améliorant selon moi notre accès à l’intelligence vivante. Cette communication, ou ce contact, plus tangible se manifeste actuellement au sein des jeunes générations. En effet, celles-ci semblent présenter une intelligence intuitive majeure, au lieu de l’information acquise (conditionnement). Nous pouvons voir ce nouveau calibrage énergétique comme un modèle sonore ou vibrationnel différent qui pénètre et modifie les autres modèles. Observons comment les sons et les ondes vibratoires peuvent modifier la matière : des particules sont placées sur une surface et produisent de nouvelles formes géométriques en réponse à un changement de vibration, comme les images suivantes le montrent.[ii]

cy

Image 1: différents dessins de sable formés en fonction des notes de musique

Une nouvelle signature énergétique – ou vibration sonore – entrant dans le champ non local du collectif réajustera l’émission et la réception de la conscience selon une nouvelle modalité. Le changement des « modèles de reconnaissance » du champ de conscience est susceptible d’affecter notre façon de capter et d’interpréter, et donc de percevoir, les bases de notre réalité. Cela pourrait également étendre l’émission et la réception de la conscience humaine à d’autres perspectives dimensionnelles. En d’autres termes, l’humanité se dirige possiblement vers un recalibrage de son potentiel d’émission-réception en vue de gérer d’autres modalités d’information non locale. En augmentant sa capacité à recevoir certaines longueurs d’ondes d’information, l’humanité enrichira sa compréhension, sa conscience et sa connexion avec une plus grande gamme de réalités dimensionnelles. Nous pourrions alors nous rendre compte que notre perception de la réalité, et notre compréhension du cosmos, se fait en fonction de notre capacité à accéder à l’information vivante. Une fois que cet état est activé, nous accédons à de nouvelles perceptions. Par exemple, nous pourrions arriver à reconnaitre que la vie intelligente existe dans une incroyable profusion de multivers. A ce stade, nous serions forcés de changer officiellement notre réponse à « qu’est-ce que la vie ? ».

Pendant longtemps, le consensus dans le domaine des sciences fut que nous avions eu de la chance de nous trouver dans l’univers « parfait » – un univers qui s’avérait avoir été créé par hasard. Désormais, nous luttons pour notre survie sur un morceau de caillou se baladant dans l’espace « vide » d’un univers jusqu’à présent sans vie. Cependant, selon les calculs du mathématicien et physicien Roger Penrose, la chance de tomber par hasard sur un univers aussi favorable à la vie que celui-ci est de 1 sur 1010123.1 L’ironie, c’est qu’avec des probabilités pareilles, il serait statistiquement plus envisageable que nous vivions dans un univers intelligent. Dans le cas présent, il semblerait qu’un schéma de pensée prédéfini ne puisse accepter que nous existions dans un univers qui est lui-même prédéfini pour la vie. Après tout, la vie n’a cessé de refaire surface suite à chaque extinction majeure.[iii] Nous serions tentés de penser que cette récurrence ne pourrait avoir lieu dans un univers non orienté vers la vie ? Cependant, la croyance en un univers mort s’avérait compatible – j’oserais même dire « utile » – pour l’idéologie consumériste prédominante qui sature le monde moderne. En effet, si la vie ici-bas est un pur hasard ; et si ce monde de forces matérialistes est bel et bien mort, il est « tout naturel » que l’humanité exploite l’environnement à son avantage. Dans un tel scénario, la vie humaine – notre existence – n’a ni grand intérêt, ni raison d’être, ni cause supérieure. Mais attention : notre compréhension de « la vie » est sur le point de basculer.

Francis Crick, vainqueur d’un prix Nobel en science pour avoir co-découvert la séquence d’ADN, ne comprenait pas comment ne serait-ce qu’une seule protéine assemblée aurait pu surgir par hasard. Il a donc fait le calcul : les probabilités pour que cela arrive sont de 1 sur 10260. Ce résultat est incroyable (et incommensurable) ; sachant que la totalité des atomes de l’univers visible n’atteint « que » 1080. Francis Crick et l’astronome Fred Hoyle pensaient que la vie était déjà trop complexe lors de sa première apparition sur Terre ; et qu’elle devait donc venir d’ailleurs; c’est-à-dire être d’origine extraterrestre. Aujourd’hui, Hoyle est tristement célèbre pour avoir dit, de façon quelque peu controversée, que les chances pour que la vie complexe soit le résultat du hasard sont statistiquement les mêmes que celles d’un ouragan soufflant sur une casse et construisant un Boeing 747. Hoyle a également soutenu la théorie d’insémination dite Panspermie[iv] selon laquelle la vie existerait ailleurs dans l’univers ; et serait répandue par des bactéries présentes sur des météorites, des astéroïdes ou des planétoïdes lors de croisement ou de collision. De la même manière, Crick est également connu pour avoir déclaré que : étant donné que les bactéries complexes n’étaient vraisemblablement pas arrivées ici par accident, il était plus probable qu’elles doivent leur présence sur Terre au phénomène connu sous le nom d’« ensemencement planétaire »[v]. Ainsi, les semences de la vie (peut-être les premières formes bactériennes d’ADN) pourraient avoir été volontairement placées par une ou plusieurs civilisations extraterrestres avancées. Il pourrait y avoir plusieurs raisons à cela : une civilisation avancée en risque d’extinction; un moyen de terraformer, ou rendre habitable, des planètes en vue d’une éventuelle colonisation ; ou un plan visant à répandre les semences spirituelles de la vie au sein d’un univers ou d’une dimension en particulier. Crick a conclu son hypothèse en affirmant que « l’ADN n’est pas de cette Terre ». 2

Une autre récente découverte, encore inexplicable pour le paradigme actuel, suggère que les molécules organiques sont fabriquées par les étoiles ; c’est-à-dire que la production des substances nécessaires à la vie (d’après ce que nous savons) fait partie de l’évolution des étoiles. Ainsi, les molécules organiques nécessaires à la vie sont créées dans le four de l’évolution stellaire pour être ensuite éjectées dans l’espace environnant. Ces molécules vont alors recouvrir des groupes de matière interstellaire qui, par la suite, se condensent en étoile ou planète. Cette compréhension proposerait un autre scénario concernant l’apparition de la vie organique dans l’univers. Ce dernier serait ainsi une véritable « usine à vie », avec des étoiles gonflant et crachant les molécules de la création comme de gigantesques générateurs parsemés à travers l’univers. L’idée que nous vivons sur un caillou sans vie est petit à petit en train de mourir…

Une fois que nous aurons accepté que l’immensité de l’univers regorge de vie, nous nous demanderons tout naturellement si d’autres formes d’intelligence consciente existent. Notre réflexion pourrait ainsi nous mener à considérer les états transpersonnels de conscience comme permettant d’établir une connexion, ou un pont, avec d’autres formes d’intelligence et/ou royaumes dimensionnels. Et si un meilleur accès à l’intelligence vivante pouvait également offrir un plus grand spectre de communion, nous connectant ainsi avec les autres êtres sensibles également reliés à ce champ non local ? En réalité, ce n’est là rien de nouveau ; ce sujet est au centre de la vie humaine depuis des millénaires. En effet, cela fait bien longtemps que l’accès transpersonnel de la conscience est connu des différentes traditions, malgré un refus catégorique exprimé par le paradigme scientifique rationnel. Au travers de l’histoire, les personnes capables d’un tel accès (chamanes, mystiques, prophètes, etc.) l’ont souvent fait pour le bien de leur communauté. Pour les personnes habituées à se connecter et à communiquer avec d’autres royaumes, les notions de vie intelligente, de dimensions multiples et de multivers sont une seconde nature. Aussi, presque tous les êtres humains ont la capacité d’accéder à ces réalités alternatives ; et beaucoup le font inconsciemment, parlant de « drôle de coïncidence », de « sacré coup de chance », de curiosité ou d’anomalie. Ces dernières années, cependant, il y a eu une nette recrudescence de témoignages concernant les états « extra-sensoriels ». Ces évènements, plutôt que des anomalies, pourraient bien constituer les premières vagues d’expériences annonçant la prochaine normalisation des perceptions humaines. En d’autres termes, « l’expérience de l’existence même des états extra-sensoriels pourrait poser les jalons d’un futur où cette caractéristique est largement répandue. »3 Cet avant-goût, ou aperçu, vécu d’abord par une minorité fait partie du processus naturel d’acclimatation de l’être humain à une réalité qui sera ensuite mise à jour et normalisée.

 

De nouvelles perspectives dimensionnelles

Le Dr Strassman, chercheur en conscience, soutient que la communication avec des royaumes transpersonnels pourrait participer à l’évolution de l’humanité, ainsi qu’à la résolution des problèmes qu’elle rencontre actuellement :

Etablir – avec une intention honnête et altruiste – un contact, fiable et généralisé, avec ces différents niveaux d’existence pourrait nous aider à nous libérer d’une partie des problèmes qui pèsent actuellement sur cette planète et dans ce continuum d’espace-temps. L’information et les ressources que nous rassemblons dans ces royaumes non-corporels pourraient bien être plus importantes que notre survie – et finalement notre évolution – que les résultats obtenus à travers les moyens strictement physiques.4

 L’idée qu’un contact avec des royaumes « non-corporels » ait une fonction dans notre évolution offre une perspective dimensionnelle nouvelle et potentiellement significative pour la vie humaine. L’existence de royaumes de réalité non corporelle est admise depuis des millénaires par les différentes traditions. De la même manière, la communication ou l’interaction avec des formes d’intelligence non-humaines est connue du grand public depuis des siècles.

J’ai l’impression que, à travers une variété de phénomènes et d’anomalies socio-culturels (expérimentation de drogues, états transpersonnels, tradition de sagesse, pratiques extra-corporelles, abduction par des extraterrestres, etc.), l’humanité se prépare pour sa prochaine phase de développement évolutionnaire. Ces premières étapes ont consisté en l’utilisation d’individus en tant que canaux – ou émetteurs-récepteurs – à travers lesquels affecter l’état vibratoire/énergétique du collectif à des fins de transformation. En outre, une partie de cette transformation implique la création de nouveaux organes de perception afin de percevoir les aspects d’une nouvelle réalité émergente multi-dimensionnelle. En d’autres termes, nous avons travaillé en vue de normaliser le multivers, et nous avons donc participé à sa naissance à travers les facultés de perception de l’espèce humaine. Nous pourrions dire que le téléchargement du plan d’ensemble a été lancé.

Comme mentionné ci-avant, l’idée que nous vivons dans un univers multidimensionnel habité par d’autres formes d’intelligence et de vie n’est pas nouvelle pour beaucoup de traditions non-occidentales, non-orthodoxes et pour de nombreux peuples indigènes. Pourtant, les moyens d’accès – la discipline d’entrainement du corps et de l’esprit afin de maintenir cette communion – ont par le passé été réservés à une minorité relative. Maintenant, tout cela devrait changer. Selon moi, la prochaine étape consiste en un important déploiement planétaire – une massification du processus évolutionnaire. Il se pourrait que les jeunes générations arrivant sur la planète soient parmi les premières à participer entièrement à l’impulsion de développement, de façon naturelle et organique.

 

Le recalibrage de la réalité

L’accès à des états de conscience non-ordinaires fait partie de notre héritage naturel. Pourtant, au niveau physiologique, nous pourrions avoir besoin d’une préparation afin de supporter l’état énergétique correspondant à ces perceptions intensifiées. C’était l’objectif du Yoga Intégral de Sri Aurobindo : se préparer à la réception de l’immanence du Supramental. Selon Gopi Krishna, chercheur en conscience, l’humanité « sera mise en contact avec un autre niveau de création, d’autres intelligences et états d’être pénétrant l’univers ; un univers désormais complètement caché à cause de la capacité limitée de notre cerveau »5. L’espèce humaine pourrait donc être sur le point de se libérer de sa quarantaine perceptive.

Les jeunes générations, douées d’une intelligence intuitive innée, marqueront le début d’une vague de transformation déferlant sur la conscience reçue de l’espèce humaine. Ils en viendront à reconnaitre – spontanément – que l’humanité partage son voisinage cosmique avec une profusion rayonnante d’autres formes d’intelligence. Nous n’avons jamais été seuls. Arrivera le jour où nous regarderons en arrière sur notre vieille façon de penser et nous rirons de notre myopie, de notre manque de vision. Tout comme nous regardons désormais les débuts de la télévision en noir et blanc et les films muets, sachant bien que les images réelles existaient en couleur mais que nous n’avions pas les appareils permettant d’émettre et de recevoir tout « le contexte » ou « l’ensemble ». Par le biais des nouvelles générations, nous introduirons les schémas de conscience recalibrée au sein du plan collectif de l’espèce humaine.

Nos dernières découvertes scientifiques ont finalement rattrapé le corpus de connaissance possédé depuis des siècles par certaines traditions de sagesse. La biologie quantique, par exemple, révèle désormais que l’énergie multidimensionnelle existe au plus profond du corps humain. Ainsi, un état de cohérence quantique est créé par le champ magnétique de chacune des 100 milliards de molécules du corps humain – chaque champ se chevauchant. Alors, un champ d’énergie non local est formé, permettant une communication instantanée à travers le corps tout entier. La superposition de milliers de champs d’ADN – chacun émettant un mini champ électromagnétique – crée un état quantique unifié, ayant possiblement des propriétés multidimensionnelles.

Nous savons qu’il y a, au centre de la structure atomique, des champs magnétiques appelés «  champs interdimensionnels » par les physiciens. Mais ces derniers débattent encore de l’existence d’énergie interdimensionnelle au cœur des galaxies ; et de centres galactiques à un état quantique. Voici donc les informations reçues par Ken Carey à ce sujet :

« le système sensoriel humain, lorsqu’il est entièrement activé, constitue davantage qu’un simple appareil de communication interdimensionnelle. Le schéma structurel de son champ biogravitationnel est la reproduction miniature des champs planétaires, solaires, galactiques et universels. »6

Jusqu’à lors, les anciens schémas de conscience ne permettaient pas l’émission-réception des aspects multidimensionnels du champ d’intelligence vivante. Cependant, les nouvelles générations arrivant sur la planète trouveront un environnement dont la signature énergétique est différente ; et à laquelle leur ADN s’ajustera. Je pense que ce changement offrira un meilleur accès à l’intelligence vivante, résultant en l’émission-réception de schémas de conscience amplifiés. Cette résonance supérieure fournira également un accès partiel à la réalité de l’existence multidimensionnelle.

L’idée que nous faisons partie de l’existence multidimensionnelle sera l’héritage commun de l’humanité; et non plus le privilège d’une petite minorité. Nous passerons d’une époque on nous pensions être seuls dans un « univers mort » ; à la compréhension que nous faisons partie d’un univers incroyablement vaste et plein de vie – un univers parmi les nombreux multivers qui grouillent de vie et d’intelligence. Nous aurons alors commencé notre voyage pour rejoindre notre voisinage de V.I.E. cosmique – en Vivant de façon Intégrée et Epanouissante. Cela marquera le début d’une existence en résonance avec une nouvelle réalité sacrée :

‘…toutes les créatures habitent et vivent au sein d’un seul et même champ de conscience, (qu’)elles sont toutes les projections d’un seul Etre, et (que) nous tous – anges, humains, animaux, végétaux, microbes et minéraux – ne sont que des aspects différents d’un tout conscient et cohérent. Cette reconnaissance est la pierre angulaire de la nouvelle Réalité Sacrée….’7

Lorsque cette nouvelle perception de la vie, à la fois planétaire, cosmique et dimensionnelle, sera intégrée et normalisée au sein de la psyché de l’humanité, un changement considérable et révolutionnaire aura lieu dans toutes les sphères de la vie humaine. L’Homme établira une connexion sacrée avec toutes les formes de vie et un cosmos vivant. Nous reconnaitrons collectivement l’élan évolutionnaire du genre humain, et nous chercherons à promouvoir le développement personnel et le bien-être. Nos valeurs humaines ne seront plus basées sur un paradigme matérialiste (matière-réaliste) mais encourageront la dignité, la compassion, la tolérance, l’unité et la réalisation de notre morale supérieure. Un jour, à travers cette nouvelle prise de conscience, nous travaillerons en tant qu’espèce collective à la formation d’une société planétaire authentique. Cela ne se fera pas en une nuit, ni en une génération – mais après un certain temps. Voici l’expression d’une impulsion développementale au sein de la conscience créative de l’intelligence vivante. En temps et en heure, une transformation profonde aura lieu sur la planète, alors qu’un élan plein d’amour nourrira notre intention créatrice et notre esprit collectif pour créer le futur de l’humanité au sein du cosmos.

 

Traduction réalisée par Jennifer Dureau (dureau.jennifer@gmail.com)

 Références

 1 Cité dans Pfeiffer, T & Mack, J E (eds) (2007) Mind Before Matter: Visions of a New Science of Consciousness. Winchester: O Books, p96

 2 Crick, Francis (1981) Life Itself: Its Origin and Nature. New York: Simon & Schuster

 3 Scott, Ernest (1985) The People of the Secret. London: Octagon Press, p237

 4 Strassman, R., Wojtowicz, S., Eduardo Luna, L., Frecska, E. (2008) Inner Paths to Outer Space: Journeys to Alien Worlds through Psychedelics and Other Spiritual Technologies. Rochester, VT: Park Street Press, p80

 5 Krishna, Gopi (1993) Higher Consciousness and Kundalini. Ontario, CA:  F.I.N.D. Research Trust, p197

 6 Carey, Ken (1996) The Third Millennium: Living in the Posthistoric World, New York, HarperCollins, p94

 7 Carey, Ken (1988) Return of the Bird Tribes. New York:  HarperCollins, p169

 

[i] Voir ‘Partie II – La vie à Siva’

[ii] Cela s’appelle la cymatiquevoir : https://fr.wikipedia.org/wiki/Cymatique

[iii] L’estimation du nombre d’extinctions massives au cours des derniers 540 millions d’années se situe entre cinq et vingt (Wikipédia) – https://fr.wikipedia.org/wiki/Extinction_massive

[iv] Voir https://fr.wikipedia.org/wiki/Panspermie

[v] Voir https://fr.wikipedia.org/wiki/Ensemencement_planétaire